Recherche

Avis(s)

Nous avons repris la plupart de nos activités. Toutefois, compte tenu de la situation liée à la COVID-19, nous évaluerons toute nouvelle demande en fonction de son degré d’urgence et de sa date de réception. En procédant ainsi, nous pouvons servir nos clients de manière équitable. Aussi, prenez note que les délais de réponse pourraient être plus longs qu’à l’habitude.

Nous nous excusons des inconvénients que cela pourrait occasionner et vous remercions de votre compréhension. Veuillez consulter notre site Web régulièrement pour obtenir les dernières mises à jour au sujet de nos services.

moulange


Image - moulange Image - moulange Image - moulange Image - moulange Image - moulange
Pour © contacter :
Centre d'interprétation du Moulin Bernier
Tous droits réservés.
Nom de l'objet : moulange
Catégorie de l'objet : Outils et équipement pour les matériaux
Sous-catégorie de l'objet : O&É, alimentation : préparation et conservation des aliments
Discipline : minoterie
Matériaux : peau, cuir
métal
peinture
bois, cèdre
Technique de fabrication : peint
découpé
assemblé
scié
Numéro d'accession : 2002.1.1-4
Fabricant : BidulArt Inc.
Municipalité d'origine : Courcelles
Province d'origine : Québec
Pays d'origine : Canada
Continent d'origine : Amérique du Nord
Municipalité d'utilisation : Courcelles
Province d'utilisation : Québec
Pays d'utilisation : Canada
Culture : canadien
Date de fin de production : 2002
Période : 1er quart du 21e siècle
Description : Trémie, sorte de pyramide inversée, en bois posée sur un support rectangulaire de bois. Auget de bois à sa base retenu au support par une lanière de cuir et permettant le dépôt de céréales dans la jupe circulaire perforée au centre pour laisser échapper les grains. La jupe repose sur le support de bois. Ensemble de bois peint en brun et composé de la trémie, du support, de l'auget et de la jupe.
Commentaires : trémie; support; auget; jupe, meule tournante; meule dormante; anille; frayon; enchastre; pas ? La moulange proprement-dite comprend plusieurs parties qui se défont toutes indépendamment les unes des autres. Au dessus, trône une sorte de pyramide inversée, en bois posée sur un support rectangulaire de bois : c'est la trémie dans laquelle on verse les grains de céréales destinés à être moulus. La trémie repose sur un support de bois sur lequel est fixé par une lanière de cuir l'auget. Celui-ci est appelé le placoteux dans le langage local car pour faire tomber les grains de céréales dans un trou perforé au centre de la meule tournante, il bat de gauche à droite créant ainsi une espèce de rythme qui serait selon la mémoire collective à l'origine des danses carrées. C'est au rythme de la moulange que nos ancêtres ont appris à danser'. Selon Mémère Thalie Pomerleau de Ste-Clotilde-de-Beauce : épouse de meunier. Les grains de céréales se retrouve entraînés par la force centrifuge entre la meule tournante et la meule dormante ou fixe. Les grains sont écrasés et réduit en farine. Celle-ci tombe en bas de la meule fixe et est poussé par un petit balai dans un conduit qui la mène vers l'élévateur. Pour ne pas que la poussière de farine se répande dans toute la meunerie, l'ensemble des meules est complètement enfermé dans une grande boîte ici circulaire. C'est l'arescle appelé dans le langage populaire la jupe. On dit aussi le boîtier, l'archure. L'arescle vient du Roman, langage du Midi de la France. Les mouvements de va-et-vient de l'auget et la vitesse de rotation de la meule tournante sont transmis par l'arbre de force lui-même mû par la turbine qui se trouve dans la chambre forcée installée dans le deuxième sous-sol du moulin. Moulange originale : fin de la production en 1945 alors que Gérard Bernier arrête la transformation de farine. Moulange actuelle : toujours en utilisation. Moulange : détails de la construction donnés par Ronald Lapierre, ancien meunier et référence actuelle au Québec. En 1945, lorsque Gérard Bernier devient le propriétaire du Moulin, suite au décès de son père François, il décide de mettre fin à la production de farine. Les raisons de ce choix de se concentrer uniquement sur le sciage du bois sont multiples. Premièrement, il n'y a presque plus du tout de culture de céréales dans le coin. Les céréales arrivent par train directement de l'Ouest Canadien. C'était déjà le cas dès les années 20, mais la grande crise économique de 1929 a permis au moulin à farine des Bernier de survivre une quinzaine d'années de plus car faute d'argent les cultivateurs se remettent à cultiver des céréales, notamment et surtout du sarrasin. De plus, comme le Moulin Bernier est situé sur le bord de la rivière 20 pieds plus bas que le niveau de la voie ferrée, le transport des céréales vers la moulange nécessiterait des investissements que Gérard n'est pas prêt à faire surtout qu'il doit maintenant affronter une rude concurrence. Car en 1944, M. Napoléon Robert a construit une meunerie juste à côté de la voie ferrée un peu plus au nord du village. Aussi, Gérard démantèle la moulange et la vend à M. Ronald Lapierre, un ami meunier de St-Norbert d'Arthabaska.près de Victoriaville. M. Lapierre continuera à produire de la farine sur meules de pierre jusqu'au début des années 2000 avant de vendre faute de relève. Son moulin fonctionne toujours et accueille encore des touristes. M. Ronald Lapierre, étant parmi les rares, peut-être moins d'une dizaine de moulin à farine traditionnel à continuer à moudre pendant toutes ces années dans tout le Québec, est devenu avec le temps la seule et unique personne ressource pour le Ministère de la Culture en ce qui concerne les moulins à farine. Au Japon, on dirait de lui, qu'il est un 'patrimoine vivant'. Quand la Municipalité en 1991 a acheté le moulin de Gérard Bernier, et que le Comité MAP à l'époque a voulu réinstaller une moulange, c'est lui, M. Ronald Lapierre, qui nous a vendu tout l'équipement que nous présentons aujourd'hui aux visiteurs et c'est lui qui est venu bénévolement nous aider comment tout rebâtir car à Courcelles, Gérard étant décédé en 1992, personne n'était capable de relever un tel mécanisme.
Fonctions : Fabrication de la farine. La moulange est utilisée pour le dépôt des grains de farine.
Date de début de service : 2002
Principes de fonctionnement : Les grains de céréales sont versés par le meunier dans la trémie qui, par sa forme pyramidale inversée, permet le dépôt des grains dans l'auget qui bascule ensuite vers les meules, recouvertes par la jupe, afin de permettre de moudre les grains de céréales et de fabriquer la farine.
Hauteur : 131
Longueur : 151
Largeur : 148
Unité de mesure linéaire : cm
Nombre d'objets : 1
Nombre de parties composantes : 4
Nom des parties composantes : trémie
support
auget
jupe
Établissement : Centre d'interprétation du Moulin Bernier 
Ville de l'établissement : Courcelles
Province de l'établissement : Québec

Coordonnées de cette page web

Date de modification :