Avis(s)
  • Nous avons repris la plupart de nos activités. Toutefois, compte tenu de la situation liée à la COVID-19, nous évaluerons toute nouvelle demande en fonction de son degré d’urgence et de sa date de réception. En procédant ainsi, nous pouvons servir nos clients de manière équitable. Aussi, prenez note que les délais de réponse pourraient être plus longs qu’à l’habitude.

    Nous nous excusons des inconvénients que cela pourrait occasionner et vous remercions de votre compréhension. Veuillez consulter notre site Web régulièrement pour obtenir les dernières mises à jour au sujet de nos services.

chandail


Image - chandail
Pour © contacter :
Musée Beaulne
Tous droits réservés.
Nom de l'objet : chandail
Catégorie de l'objet : Vêtements et accessoires
Sous-catégorie de l'objet : Vêtement de dessus
Matériaux : fibre, polyester
fibre, coton
Technique de fabrication : industriel
Numéro d'accession : 2010.136.16.3
Municipalité d'utilisation : Coaticook
Province d'utilisation : Québec
Pays d'utilisation : Canada
Continent d'utilisation : Amérique du Nord
Date de fin de production : 1980 c
Description : Chandail rouge à col montant et manches longues.
Commentaires : Les majorettes de l’Harmonie de Coaticook. Bien avant la naissance des majorettes « Les Tourbillons de Coaticook », il y avait des majorettes dans l’Harmonie de Coaticook. C’est M. Victor-Laurier Vincent qui est à l’origine du groupe de majorettes de l’Harmonie de Coaticook. C’est en 1949. après avoir visité quelques corps musicaux aux États-Unis qu’il a décidé de donner à l’Harmonie de Coaticook son corps de majorettes sous les ordres du tambour-major Robert Huard. C’est à l’été 1950 que le premier corps de majorettes est officiellement prêt à parader. Elles ont effectué une première parade à Coaticook, mais le véritable coup d’envoi des majorettes de l’Harmonie de Coaticook fut donné lors du Festival des Fanfares amateurs de la province de Québec à Granby à la fin juin 1950. L’Harmonie de Coaticook fut la première fanfare à présenter un groupe de majorettes. Le groupe était alors composé de Mona Riendeau 1ère majorette, Jacqueline Paquette, Jacqueline Bélisle, Claudette Lefebvre, Rose-Hélène Trudeau et Pierrette Fournier. La majorité des jeunes femmes entraient dans le corps de majorettes autour de l’âge de 15 ans. Elles y passaient quelques années et elles quittaient. Plusieurs raisons expliquent ces départs. La plupart quittait pour des questions d’emplois ou pour des grossesses. C’est pour ces raisons que le corps de majorettes a changé de 1ère majorette à six reprises : Mona Riendeau, Pauline Bouchard, Pauline Lapointe, Pauline Bureau, Lise Bolduc et Gisèle Chouinard. Le corps de majorettes prit fin vers 1967-68. Une fois de plus, les majorettes ont quitté en bloc pour différentes raisons. Après plus de 17 ans, ce groupe qui avait contribué au rayonnement de l’Harmonie de Coaticook, aux rêves des jeunes filles et à l’émancipation des femmes s’éteint. Plus d’une trentaine de femmes auront été membres du corps de majorettes de l’Harmonie de Coaticook.
Hauteur : 49
Longueur : 49
Largeur : 29
Unité de mesure linéaire : cm
Nombre d'objets : 1
Translittération de l'inscription : à l’intérieur : P-S / A Symbol Of Quality / Le Sigle De Distinction
Établissement : Musée Beaulne
Ville de l'établissement : Coaticook
Province de l'établissement : Québec
Site web de l'établissement : http://www.museebeaulne.qc.ca   Facebook-Musée Beaulne  Twitter-Musée Beaulne 

Coordonnées de cette page web
Date de modification: