Comparaison - Catalogage des données selon les règles de la norme CCO et selon le Dictionnaire de données du RCIP

Avril 2009

Les échantillons d'enregistrements normalisés qui suivent ont été à l'origine fournis par la Société des musées québécois (SMQ) comme exemples d'une « pratique exemplaire en matière de catalogage » selon les règles du Dictionnaire de données du RCIP. Elles ont été utilisées pour aider les musées dans leurs projets d'élaboration de leurs collections. Le RCIP a maintenant ajouté une colonne pour illustrer à quoi ressemblerait le même enregistrement s'il était catalogué selon les règles de la norme CCO. Il existe très peu de différences entre l'enregistrement d'un objet catalogué selon les règles de la norme CCO et l'enregistrement du même objet catalogué selon les règles du Dictionnaire de données du RCIP. La norme CCO et la norme du RCIP recommandent toutes deux le Art & Architecture Thesaurus (AAT) et d'autres références pour la terminologie, mais n'exigent aucune référence en particulier. Dans ces exemples, les références utilisées dans l'enregistrement d'origine du RCIP ont également été utilisées pour l'enregistrement rédigé selon les règles de la norme CCO.

Les différences dans l'enregistrement CCO sont marquées d'un (*).

  • Classification RCIP, Catégorie de l'objet et sous-catégorie de l'objet correspondant à la classe - hiérarchie CCO (Class - Hierarchy)
  • Nom de l'objet et type de l'objet RCIP correspondant au type d'œuvre - hiérarchie CCO (Work Type - (Hierarchy)
  • Médium, support, et matériaux RCIP correspondant aux matériaux - hiérarchie CCO (Materials - Hierarchy)
  • Période RHIN s'approchant le plus de la date d'affichage CCO (Display Date)
  • Artiste/artisan et fabricant RCIP correspondant au nom et au rôle du créateur CCO (Creator and Role)
  • Date de début de production et date de fin de production RCIP correspondant aux dates de début et de fin de production CCO (Earliest and Latest Dates)
  • Description, commentaires et fonctions/usages RCIP correspondant à la description CCO (Description)

Base de données relationnelle et base de données « horizontale »

La norme CCO suppose une structure de base de données relationnelle, alors qu'Artefacts Canada n'utilise pas ce type de structure pour l'instant. Aussi, lorsque la norme CCO utilise une seule zone pour nommer l'objet (Work Type - Type d'œuvre), et présume que le reste des termes plus larges et plus étroits sont liés, Artefacts Canada utilise deux zones (Nom de l'objet et Type de l'objet) afin de s'assurer qu'au moins ces deux niveaux de la hiérarchie sont représentés dans l'enregistrement. Cette différence entre la structure de base de données relationnelle et la structure horizontale transparaît également dans la façon de consigner l'information sur les gens, les dates et les endroits. Par exemple, Artefacts Canada, avec sa structure horizontale, a besoin d'inscrire « Artiste/artisan » et « Fabricant » dans des zones distinctes afin de désigner des rôles différents, alors que la norme CCO utilise une zone « Creator - Créateur », et définit les rôles dans une zone connexe « Role - Rôle ». À l'avenir, le RCIP espère mettre en œuvre des fichiers d'autorité reliés et des données relationnelles dans Artefacts Canada, étant donné que bon nombre des musées membres en ont déjà dans leurs bases de données de gestion de collections.

Zones répétables

La norme CCO et la norme du RCIP recommandent que certaines zones soient « répétables » (il peut y avoir des valeurs de données multiples). Dans le Dictionnaire de données du RCIP/Artefacts Canada, il est recommandé de séparer les entrées multiples par un point-virgule - c'est ce qui est demandé pour téléverser des données dans Artefacts Canada. Mais il est possible que les systèmes de gestion des collections des musées ne traitent pas les entrées multiples de cette façon - surtout s'ils ont une structure relationnelle. Nous recommandons aux musées d'utiliser la méthode en vigueur dans leur propre système pour séparer les entrées multiples. Lorsque vous exportez des données à téléverser dans Artefacts Canada, vous pouvez ajouter des points-virgules pour séparer vos données. La norme CCO ne recommande aucune méthode en particulier pour séparer les valeurs multiples, et la méthode utilisée par le RCIP (le point-virgule) ne contredit pas la norme CCO.

Zones contrôlées et zones affichées

La norme CCO recommande que certaines zones puissent comporter des valeurs « contrôlées » (termes provenant d'un vocabulaire contrôlé, qui peuvent être indexés et utilisés pour la recherche) de même que des valeurs d'« affichage » (que l'utilisateur pourra voir). Dans de nombreux cas, les musées ne disposent que de valeurs « contrôlées » dans leurs systèmes de gestion des collections. Dans ces cas, la valeur « contrôlée » est également utilisée pour l'affichage. Cette façon de faire ne contredit pas la norme CCO. Le seul problème pourrait résider dans l'utilisation d'« annotations » - comme des points d'interrogation ou des commentaires pour exprimer l'incertitude, la probabilité, etc., dans les valeurs de données. La norme CCO recommande que les annotations ne soient utilisées que dans les zones affichées, pas dans les zones contrôlées, ce qui pourrait être un problème pour les musées qui ne font pas de distinction entre ces deux types de zones. Dans la mesure du possible, il est recommandé de saisir les dates « vers » sous forme d'intervalle. Par exemple, si la date de production d'un objet est « vers 1910 », et que votre établissement donne à la valeur « vers » +/- 5 ans, il faudrait entrer la date en inscrivant DDP1=1905 et DFP2 =1915.

Zones obligatoires :

Les zones qui sont obligatoires selon la norme CCO constituent un sous-ensemble des zones Artefacts Canada exigées par le RCIP pour ses projets d'élaboration de collections qui sont financés. Toutefois, il existe quelques différences qui nécessitent des explications :

Titre - Zone obligatoire avec la norme CCO. Dans le passé, le RCIP a indiqué que le titre était obligatoire seulement si c'était approprié pour l'objet (p. ex., œuvres d'art auxquelles les créateurs ont donné un titre). La norme CCO rend obligatoire cette zone, et précise que dans les cas où il n'y a pas de titre documenté pour l'objet, le responsable du catalogage doit lui donner un nom qui fait autorité. Le RCIP recommande à la plupart des musées de ne pas suivre cette règle, pour les raisons suivantes :

  • il serait très long pour les musées de créer des titres pour tous leurs objets (non artistiques);
  • même si les musées choisissaient de recopier automatiquement les données se trouvant dans la zone Nom de l'objet dans la zone Titre pour satisfaire à cette exigence de la norme CCO, ce ne serait pas une opération simple. Cela pourrait fonctionner pour certains objets, mais pas pour les objets qui portent déjà un titre. De plus, les règles CCO pour les majuscules et le contenu de la zone Titre sont différentes de celles utilisées pour la zone Nom de l'objet (CCO Work Type); les données recopiées ne répondraient toujours pas aux règles CCO pour le titre;
  • les musées qui ont principalement des collections non artistiques ne tireraient aucun avantage au fait que le titre de l'objet soit une copie du nom de l'objet; en fait, cela nuirait aux recherches faites dans les zones Titre pour les quelques œuvres d'art de leurs collections qui ont de vrais titres.

Dans les enregistrements donnés en exemple ci-dessous, le titre a été ajouté en suivant les règles de la norme CCO, pour illustrer comment cette règle pourrait s'appliquer pour les collections non artistiques. Les musées sont libres de suivre la recommandation de la norme CCO si cela leur convient. Toutefois, il est difficile de voir le caractère pratique de l'application de cette recommandation pour les musées non voués à l'art.

Creator Role - Rôle du créateur - Zone obligatoire avec la norme CCO. En raison de sa structure de données à fichiers horizontaux, Artefacts Canada n'a pas actuellement de zone équivalente. Alors que la norme CCO recommande l'utilisation d'une zone « Créateur » en plus d'une zone « Rôle » afin d'indiquer le rôle de cette personne ou de ce groupe dans la création de l'objet, Artefacts Canada utilise des zones distinctes pour inscrire le nom de la personne ou du groupe dans chaque rôle. Ainsi, les données sur le rôle peuvent être déduites des zones Artefacts Canada dans lesquelles le nom est inscrit (p. ex., le nom dans la zone Fabricant pourrait permettre d'inscrire dans la zone Rôle du créateur = Fabricant).

Différences entre les zones obligatoires
Zone du RCIP Enregistrement selon la norme CCO Enregistrement selon le Dictionnaire de données du RCIP
Nom de l'établissement Galerie d'art Leonard & Bina Ellen Galerie d'art Leonard & Bina Ellen
Identification
Numéro d'accession 997.05 a-b 997.05 a-b
Discipline Beaux-arts Beaux-arts
Catégorie de l'objet Objets de communication Objets de communication
Sous-catégorie de l'objet Art Art
Nom de l'objet photographie photographie
Type de l'objet diptyque diptyque
Nombre d'objets 1 1
Noms des parties composantes
Nombre de parties composantes 2 2
Objets associés The Melancholy of Maleness, Diptych E (997.06 a-b) The Melancholy of Maleness, Diptych E (997.06 a-b)
Artiste/artisan Clark, Tim Clark, Tim
(*) Rôle (obligatoire avec la CCO, pour compléter la zone « Créateur ») artiste
Titre The Melancholy of Maleness, Diptych B The Melancholy of Maleness, Diptych B
Date de fin de production 1996 1996
(*) Date de début de production 1996
Période 4e quart du XXe siècle 4e quart du XXe siècle
Dimensions
Unité de mesure linéaire cm cm
Hauteur 59.3 59.3
Largeur 75 75
Hauteur de l'image 34 34
Largeur de l'image 50.5 50.5
Description physique
Médium épreuve argentique à la gélatine; impression graphique d'imprimante à jet d'encre Iris épreuve argentique à la gélatine; impression graphique d'imprimante à jet d'encre Iris
Support papier papier
Technique de fabrication imprimé imprimé
Sujet/image scène de genre; paysage scène de genre; paysage
Description Le diptyque est composé, à gauche, d'une photo en noir et blanc, et à droite, de reproductions de peintures du XVIe au XVIIIe siècle, qui sont découpées à l'intérieur de deux médaillons. La photo, prise derrière un homme et un petit garçon, les montre en train de regarder des pingouins par la fenêtre. Sur l'élément de droite du diptyque, on voit, dans le médaillon de gauche, un détail du Martyr de Saint Philippe, peint par José de Ribera en 1639, où l'on peut entrevoir le crucifix et le visage du saint. Le médaillon de droite présente un détail du Paysage avec les funérailles de Phocion (1648), qui montre une formation nuageuse et les branches du sommet d'un arbre. Le diptyque est composé, à gauche, d'une photo en noir et blanc, et à droite, de reproductions de peintures du XVIe au XVIIIe siècle, qui sont découpées à l'intérieur de deux médaillons. La photo, prise derrière un homme et un petit garçon, les montre en train de regarder des pingouins par la fenêtre. Sur l'élément de droite du diptyque, on voit, dans le médaillon de gauche, un détail du Martyr de Saint Philippe, peint par José de Ribera en 1639, où l'on peut entrevoir le crucifix et le visage du saint. Le médaillon de droite présente un détail du Paysage avec les funérailles de Phocion (1648), qui montre une formation nuageuse et les branches du sommet d'un arbre.
Commentaires L'œuvre fait partie d'une série de sept diptyques (diptyque A à G), qui ont tous le même titre et ont tous été créés en 1996. Le diptyque A mesure 65,9 cm sur 86,7 cm et tous les autres ont les mêmes dimensions. Une sculpture porte également le titre de The Melancholy of Maleness (1996). Elle mesure 31 cm de longueur, 5 cm de largeur et 4,5 cm de hauteur et est constituée de deux baïonnettes de l'armée russe soudées ensemble. L'œuvre fait partie d'une série de sept diptyques (diptyque A à G), qui ont tous le même titre et ont tous été créés en 1996. Le diptyque A mesure 65,9 cm sur 86,7 cm et tous les autres ont les mêmes dimensions. Une sculpture porte également le titre de The Melancholy of Maleness (1996). Elle mesure 31 cm de longueur, 5 cm de largeur et 4,5 cm de hauteur et est constituée de deux baïonnettes de l'armée russe soudées ensemble.
Origine
Pays d'origine Canada Canada
Culture canadien canadien
Image plein écran 997_05_a_b.jpg 997_05_a_b.jpg
Vignette 997_05_a_b.jpg 997_05_a_b.jpg
Droits d'auteur
Mention de droit d'auteur - objet © Tim Clark; Toute reproduction interdite / All Reproductions Prohibited © Tim Clark; Toute reproduction interdite / All Reproductions Prohibited

Références par zone

Discipline :

Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), 2006. Liste d'autorité proposée pour la zone Discipline en Sciences humaines (Dérivée de l'Art & Architecture Thesaurus).

Catégorie de l'objet, Sous-catégorie de l'objet, Nom de l'objet, Type de l'objet :

Environnement Canada, Service canadien des parcs, Le système de classification des collections historiques du Service canadien des parcs, Ottawa, Groupe Communication Canada Édition, 1992.

Médium et support :

Art & Architecture Thesaurus (AAT). http://www.getty.edu/research/conducting_research/vocabularies/aat/ (site en anglais seulement).

Technique de fabrication :

Ewing, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Sujet/image :

Simard, Françoise et Desmarais, France (2e édition), Comment documenter vos collections? Le guide de documentation du Réseau Info-Muse, collection « Attention aux collections », Montréal, Société des musées québécois, 2002.

Culture :

Art & Architecture Thesaurus (AAT). http://www.getty.edu/research/conducting_research/vocabularies/aat/ (site en anglais seulement).

Exemple d'enregistrement
Zone du RCIP Enregistrement selon la norme CCO Enregistrement selon le Dictionnaire de données du RCIP
Nom de l'établissement Musée ferroviaire canadien Musée ferroviaire canadien
Identification
Numéro d'accession 1960.25.1 1960.25.1
Discipline histoire industrielle histoire industrielle
Catégorie de l'objet objets de distribution et de transport objets de distribution et de transport
Sous-catégorie de l'objet Transport ferroviaire : équipement Transport ferroviaire : équipement
Nom de l'objet locomotive à vapeur locomotive à vapeur
(*) Titre (obligatoire avec la CCO) Locomotive à vapeur
Marque de commerce Canadian Pacific Railway Canadian Pacific Railway
Modèle A-1-e; 4-4-0; American A-1-e; 4-4-0; American
Nombre d'objets 1 1
Objets associés 1964.18.1 1964.18.1
Fabricant Chemin de fer Canadien Pacifique, ateliers Delorimier Chemin de fer Canadien Pacifique, ateliers Delorimier
(*) Rôle (obligatoire avec la CCO, pour compléter la zone « Créateur ») fabricant
Pays du fabricant Canada Canada
Province du fabricant Québec Québec
Ville du fabricant Montréal Montréal
(*) Date de fin de production 1887-09 1887 09
(*) Date de début de production 1887-09
Période 2e moitié du XIXe siècle; XXe siècle 2e moitié du XIXe siècle; XXe siècle
Dimensions
Unité de mesure linéaire m m
Hauteur 4.32 4.32
Largeur 2.54 2.54
Longueur 17.63 17.63
Description physique
Matériaux métal, acier; bois, chêne; verre métal, acier; bois, chêne; verre
Technique de fabrication coulé; boulonné; soudé; scié; cloué; soufflé coulé; boulonné; soudé; scié; cloué; soufflé
Transcription/translittération côtés de la voiture : CPR 29 côtés de la voiture : CPR 29
Description La CP 29 est de classe A-1-e. Elle est équipée de cylindres de 17 pouces par 24 et de roues motrices de 70 pouces. Son effort de traction utile est de 13 000 livres. La disposition 4-4-0 est un dérivé des premiers essais effectués en 1837 en utilisant un bogie directionnel à l'avant. Ce bogie, équipé de 4 roues, facilite les virages et permet de conserver une plus grande vitesse. Les deux autres roues - les plus grandes - sont porteuses et reliées aux pistons des tiroirs d'expansion. Un peu plus tard, la masse de la chaudière augmentant, on ajoutera un essieu de soutien à l'arrière de la locomotive, aboutissant au type 4-4-2 « Atlantic ». La disposition 4-4-0 est si typique des chemins de fer nord-américains qu'elle est dénommée « Atlantic » dans le système de classification Whyte. Ce type de locomotive offrait une puissance et une disposition de roues permettant de desservir aussi bien le trafic des marchandises que des passagers. La CP 29 est de classe A-1-e. Elle est équipée de cylindres de 17 pouces par 24 et de roues motrices de 70 pouces. Son effort de traction utile est de 13,000 livres. La disposition 4-4-0 est un dérivé des premiers essais effectués en 1837 en utilisant un bogie directionnel à l'avant. Ce bogie, équipé de 4 roues, facilite les virages et permet de conserver une plus grande vitesse. Les deux autres roues - les plus grandes - sont porteuses et reliées aux pistons des tiroirs d'expansion. Un peu plus tard, la masse de la chaudière augmentant, on ajoutera un essieu de soutien à l'arrière de la locomotive, aboutissant au type 4-4-2 « Atlantic ». La disposition 4-4-0 est si typique des chemins de fer nord-américains qu'elle est dénommée « American » dans le système de classification Whyte. Ce type de locomotive offrait une puissance et une disposition de roues permettant de desservir aussi bien le trafic des marchandises que des passagers.
Fonctions/usages Traction de train de passagers. Traction de train de passagers.
Principe de fonctionnement Le principe de la machine à vapeur est la transformation de l'énergie calorifique de la vapeur en énergie mécanique, par détente et refroidissement de la vapeur dans un cylindre équipé d'un piston mobile. La vapeur nécessaire à la production d'énergie ou de chaleur est fournie par une chaudière. Pour son alimentation, on peut utiliser du bois, du charbon ou, plus tardivement, du mazout. La combustion dans la chaudière émet de la vapeur recueillie sous pression dans une cloche ou un dôme. Cette vapeur passe dans un surchauffeur composé de tubes exposé aux gaz chauds qui augmentent encore sa température. La vapeur est envoyée aux pistons, elle en revient et elle est rejetée dans la cheminée à travers la boîte à fumée. Le mouvement du piston est l'essence même de la transformation de l'énergie calorifique en énergie mécanique linéaire permettant à la locomotive d'avancer : un système de bielles transforme le mouvement de va-et-vient du piston en mouvement circulaire et entraîne la rotation. Le principe de la machine à vapeur est la transformation de l'énergie calorifique de la vapeur en énergie mécanique, par détente et refroidissement de la vapeur dans un cylindre équipé d'un piston mobile. La vapeur nécessaire à la production d'énergie ou de chaleur est fournie par une chaudière. Pour son alimentation, on peut utiliser du bois, du charbon ou, plus tardivement, du mazout. La combustion dans la chaudière émet de la vapeur recueillie sous pression dans une cloche ou un dôme. Cette vapeur passe dans un surchauffeur composé de tubes exposé aux gaz chauds qui augmentent encore sa température. La vapeur est envoyée aux pistons, elle en revient et elle est rejetée dans la cheminée à travers la boîte à fumée. Le mouvement du piston est l'essence même de la transformation de l'énergie calorifique en énergie mécanique linéaire permettant à la locomotive d'avancer : un système de bielles transforme le mouvement de va-et-vient du piston en mouvement circulaire et entraîne la rotation.
Commentaires La CP 29 a été construite dans les ateliers Delorimier du CPR à Montréal en septembre 1887, et portait le numéro 390. Son numéro a été changé pour le 217 aux environs de 1905. En 1912, son numéro a été de nouveau changé pour le 29, et la locomotive a subi des travaux majeurs de reconstruction et de modernisation. La dernière affectation régulière de la CP 29 a été le trajet Norton-Chipman au Nouveau-Brunswick, où les ponts légers interdisaient l'utilisation de locomotives plus larges. En compagnie des locomotives 136 et 144, la CP 29 a été en fonction pratiquement jusqu'à la fin de l'ère de la vapeur au CPR. Elle a fait son dernier voyage officiel à la vapeur à l'extérieur de Montréal en 1960. Après ce dernier voyage, elle a été exposée au musée de l'ACHF à Delson, au Québec. La CP 29 a été gravement endommagée par l'incendie de 1994, puis a été restaurée à des fins cosmétiques par le CP avant de déménager à Calgary en Alberta, où elle est toujours. Largement supplantées par le type 4-6-0 « Ten Wheeler » au tournant de 1900, ces locomotives ont servi sur les voies secondaires jusqu'au début des années 1960. La CP 29 a été construite dans les ateliers Delorimier du CPR à Montréal en septembre 1887, et portait le numéro 390. Son numéro a été changé pour le 217 aux environs de 1905. En 1912, son numéro a été de nouveau changé pour le 29, et la locomotive a subi des travaux majeurs de reconstruction et de modernisation. La dernière affectation régulière de la CP 29 a été le trajet Norton-Chipman au Nouveau-Brunswick, où les ponts légers interdisaient l'utilisation de locomotives plus larges. En compagnie des locomotives 136 et 144, la CP 29 a été en fonction pratiquement jusqu'à la fin de l'ère de la vapeur au CPR. Elle a fait son dernier voyage officiel à la vapeur à l'extérieur de Montréal en 1960. Après ce dernier voyage, elle a été exposée musée de l'ACHF à Delson, au Québec. La CP 29 a été gravement endommagée par l'incendie de 1994, puis a été restaurée à des fins cosmétiques par le CP avant de déménager à Calgary en Alberta, où elle est toujours. Largement supplantées par le type 4-6-0 « Ten Wheeler » au tournant de 1900, ces locomotives ont servi sur les voies secondaires jusqu'au début des années 1960.
Origine
Pays d'origine Canada Canada
Province d'origine Québec Québec
Ville d'origine Montréal Montréal
Pays d'utilisation Canada Canada
Province d'utilisation Québec; Ontario; Nouveau-Brunswick Québec; Ontario; Nouveau-Brunswick
Utilisateur Canadian Pacific Railway Canadian Pacific Railway
(*) Date de début de service 1887-09 1887 09
(*) Date de fin de service 06/11/1960 1960 11 06
Culture canadien canadien
Image plein écran 02050101.jpg 02050101.jpg
Vignette v02050101.jpg v02050101.jpg

Références par zone

Discipline :

Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), 2006. Liste d'autorité proposée pour la zone Discipline en Sciences humaines (Dérivée de l'Art & Architecture Thesaurus).

Catégorie de l'objet, Sous-catégorie de l'objet, Nom de l'objet, Type de l'objet :

ENVIRONNEMENT CANADA, SERVICE CANADIEN DES PARCS, Le système de classification des collections historiques du Service canadien des parcs, Ottawa, Groupe Communication Canada Édition, 1992.

Matériaux :

EWING, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Technique de fabrication :

EWING, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Culture :

Art & Architecture Thesaurus (AAT). http://www.getty.edu/research/conducting_research/vocabularies/aat/ (site en anglais seulement).

Exemple d'enregistrement
Zone du RCIP Enregistrement selon la norme CCO Enregistrement selon le Dictionnaire de données du RCIP
Nom de l'établissement Musée de Kamouraska Musée de Kamouraska
Identification
Numéro d'accession 1977.586 1977.586
Discipline Histoire Histoire
Catégorie de l'objet Outils et équipement pour les matériaux Outils et équipement pour les matériaux
Sous-catégorie de l'objet O&É, alimentation : préparation et conservation des aliments O&É, alimentation : préparation et conservation des aliments
Nom de l'objet baratte à beurre baratte à beurre
(*) Titre (obligatoire avec la CCO) baratte à beurre
Nombre d'objets 1 1
Fabricant Beatty Bros. Limited Beatty Bros. Limited
(*) Rôle (obligatoire avec la CCO, pour compléter la zone « Créateur ») fabricant
Pays du fabricant Canada Canada
Province du fabricant Ontario? Ontario?
(*) Date de début de production 1875 1875 L
(*) Date de fin de production 1899 1899 P
Période 4e quart du XIXe siècle 4e quart du XIXe siècle
Dimensions
Unité de mesure linéaire cm cm
Hauteur 93 93
Largeur 57 57
Profondeur 82 82
Diamètre extérieur 36 36
Description physique
Matériaux bois; métal; vernis bois; métal; vernis
Technique de fabrication découpé; assemblé; verni découpé; assemblé; verni
Transcription/translittération à l'arrière, c. : Beatty Bros/Limited/Makers/Fergus London Winnipeg à l'arrière, c. : Beatty Bros/Limited/Makers/Fergus London Winnipeg
Description Instrument sur pieds de métal munis de roulettes. Planche de bois rectangulaire à la base. Baril fait de douves de bois retenues par des cerceaux de métal, fixé sur un axe horizontal et pivotant sur lui-même grâce à une manivelle de métal et poignée de bois cylindrique sur le dessus. Couvercle se fermant à l'aide de poignées et d'une vis et muni d'une petite fenêtre circulaire qui devient noire lorsque le beurre est prêt. Système de pales à l'intérieur qui transforment la crème en beurre grâce au mouvement rotatif du baril. Instrument sur pieds de métal munis de roulettes. Planche de bois rectangulaire à la base. Baril fait de douves de bois retenues par des cerceaux de métal, fixé sur un axe horizontal et pivotant sur lui-même grâce à une manivelle de métal et poignée de bois cylindrique sur le dessus. Couvercle se fermant à l'aide de poignées et d'une vis et muni d'une petite fenêtre circulaire qui devient noire lorsque le beurre est prêt. Système de pales à l'intérieur qui transforment la crème en beurre grâce au mouvement rotatif du baril.
Fonctions/usages Confectionner du beurre. Confectionner du beurre.
Principe de fonctionnement On vidait de la crème dans le baril, on brassait la baratte à l'aide de la manivelle jusqu'à ce que le petit disque de verre, situé à gauche près du centre du couvercle, devienne noir et indique ainsi que la crème était devenue du beurre. On vidait de la crème dans le baril, on brassait la baratte à l'aide de la manivelle jusqu'à ce que le petit disque de verre, situé à gauche près du centre du couvercle, devienne noir et indique ainsi que la crème était devenue du beurre.
Commentaires Vers 1880 apparaît la baratte à beurre pivotante. Fabriquée probablement en Ontario, cette baratte a appartenu à une famille de Kamouraska. Vers 1880 apparaît la baratte à beurre pivotante. Fabriquée probablement en Ontario, cette baratte a appartenu à une famille de Kamouraska.
Origine
Pays d'origine Canada Canada
(*) Province d'origine Ontario Ontario?
Pays d'utilisation Canada Canada
Province d'utilisation Québec Québec
Ville d'utilisation Kamouraska Kamouraska
Culture canadien canadien
Image plein écran 1977.586.jpg 1977.586.jpg
Vignette v1977.586.jpg v1977.586.jpg

Références par zone

Discipline :

Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), 2006. Liste d'autorité proposée pour la zone Discipline en Sciences humaines (Dérivée de l'Art & Architecture Thesaurus).

Catégorie de l'objet, Sous-catégorie de l'objet, Nom de l'objet, Type de l'objet :

ENVIRONNEMENT CANADA, SERVICE CANADIEN DES PARCS, Le système de classification des collections historiques du Service canadien des parcs, Ottawa, Groupe Communication Canada Édition, 1992.

Matériaux :

EWING, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Technique de fabrication :

EWING, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Culture :

Art & Architecture Thesaurus (AAT). http://www.getty.edu/research/conducting_research/vocabularies/aat/ (site en anglais seulement).

Exemple d'enregistrement
Zone du RCIP Enregistrement selon la norme CCO Enregistrement selon le Dictionnaire de données du RCIP
Nom de l'établissement Institut culturel Avataq Institut culturel Avataq
Identification
Numéro d'accession AV.2001.0001.1-2 AV.2001.0001.1-2
Discipline Beaux-arts Beaux-arts
Catégorie de l'objet Objets de communication Objets de communication
Sous-catégorie de l'objet Art Art
Nom de l'objet statuette statuette
Nombre d'objets 1 1
Noms des parties composantes statuette; plume statuette; plume
Nombre de parties composantes 2 2
Artiste/artisan Iyaituk, Mattiusi Manukuluk Iyaituk, Mattiusi Manukuluk
(*) Rôle (obligatoire avec la CCO, pour compléter la zone « Créateur ») sculpteur
Autre nom de l'artiste/artisan Niaqu Niaqu
Titre New Wing for the Shaman New Wing for the Shaman
Date de fin de production 2000 2000
Période 1er quart du XXIe siècle 1er quart du XXIe siècle
Dimensions
Unité de mesure linéaire cm cm
Hauteur 58.5 58.5
Largeur 26.5 26.5
Longueur 28.5 28.5
Description physique
Matériaux pierre, serpentine; corne de cervidé, caribou; poil, bœuf musqué; encre de Chine pierre, serpentine; corne de cervidé, caribou; poil, bœuf musqué; encre de Chine
Technique de fabrication épannelé; taillé; poli; gravé; assemblé épannelé; taillé; poli; gravé; assemblé
Signature dessous : mtsy (MA.TI.U.SI) © 00 dessous : mtsy (MA.TI.U.SI) © 00
Transcription/translittération dessous : New Wing for the Shaman; AV-2001-0001; étiquette : Canada Eskimo Art Esquimeau 38-EFXX 0312006 dessous : New Wing for the Shaman; AV-2001-0001; on sticker : Canada Eskimo Art Esquimeau 38-EFXX 0312006
Description Le titre de cette œuvre suggère que cette forme évocatrice d'un Inuk debout affublé d'une aile renvoie à la capacité de s'envoler souvent associée aux pouvoirs supranaturels des chamans inuits. Le titre de cette œuvre suggère que cette forme évocatrice d'un Inuk debout affublé d'une aile renvoie à la capacité de s'envoler souvent associée aux pouvoirs supranaturels des chamans inuits.
Commentaires Mattiusi Iyaituk est un artiste du Nunavik de renommée internationale. Il est très impliqué dans la politique culturelle et le soutien aux artistes de sa région. Chef de file de l'art inuit contemporain, son style unique élargit les formes traditionnelles de la sculpture. Il se libère de la sculpture monolithique et réalise des œuvres composites, incorporant des matériaux tels que la stéatite, la serpentinite, le bois de caribou mais aussi des tendons, du crin ou des cheveux. Le chamanisme est un sujet souvent exploré par Mattiusi. Mattiusi Iyaituk est un artiste du Nunavik de renommée internationale. Il est très impliqué dans la politique culturelle et le soutien aux artistes de sa région. Chef de file de l'art inuit contemporain, son style unique élargit les formes traditionnelles de la sculpture. Il se libère de la sculpture monolithique et réalise des œuvres composites, incorporant des matériaux tels que la stéatite, la serpentinite, le bois de caribou mais aussi des tendons, du crin ou des cheveux. Le chamanisme est un sujet souvent exploré par Mattiusi.
Origine
Pays d'origine Canada Canada
Province d'origine Québec Québec
Ville d'origine Ivujivik Ivujivik
Culture Inuit Inuit
Secteur géoculturel Nunavik Nunavik
Image plein écran 0694_011.jpg 0694_011.jpg
Vignette v0694_011.jpg v0694_011.jpg
Droit d'auteur
Mention de droit d'auteur - objet © Mattiusi Iyaituq / Fédération des coopératives du Nouveau-Québec; Toute reproduction interdite / All Reproductions Prohibited © Mattiusi Iyaituq / Fédération des coopératives du Nouveau-Québec; Toute reproduction interdite / All Reproductions Prohibited

Références par zone

Discipline :

Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), 2006. Liste d'autorité proposée pour la zone Discipline en Sciences humaines (Dérivée de l'Art & Architecture Thesaurus).

Catégorie de l'objet, Sous-catégorie de l'objet, Nom de l'objet, Type de l'objet :

ENVIRONNEMENT CANADA, SERVICE CANADIEN DES PARCS, Le système de classification des collections historiques du Service canadien des parcs, Ottawa, Groupe Communication Canada Édition, 1992.

Artiste/artisan :

Artistes au Canada. https://app.pch.gc.ca/application/aac-aic/?lang=fr.

Matériaux :

EWING, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Technique de fabrication :

EWING, Calum, Normes d'utilisation des zones « Matériaux » (MA), « Technique de fabrication » (TF) et des zones connexes dans les bases de données des sciences humaines du Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP), Ottawa, RCIP, 1993.

Culture :

Art & Architecture Thesaurus (AAT). http://www.getty.edu/research/conducting_research/vocabularies/aat/ (site en anglais seulement).


Coordonnées de cette page web
Date de modification :