Vous ne suscitez pas assez de participation sur les médias sociaux? Ne désespérez pas!

Recherche

septembre 2015

Certaines organisations se découragent lorsqu’elles comparent le temps qu’elles passent sur les médias sociaux et la réponse qu’elles reçoivent en échange. Bien des gens croient que les médias sociaux servent à établir des contacts directs avec différents groupes, particulièrement au sein de communautés qui partagent des intérêts semblables. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’interagir avec les organisations et les entreprises, les individus peuvent soudainement se montrer très passifs. Selon certaines estimations, jusqu’à 100 personnes peuvent lire un billet avant qu’une seule personne n’y réponde. Ceux qui font valoir leur opinion font partie de la minorité et sont souvent fortement touchés par un enjeu précis.

La règle 1:9:90 pour estimer la participation

Le principe 1:9:90 a trait à un modèle dans lequel 90 % du public fait figure d’observateur qui verra le contenu mais qui n’y participera ou n’y contribuera pas, 9 % du public contribuera de temps en temps et seulement 1 % participera de façon régulière et comptera pour la majorité des contributions et de la participation. En d’autres mots, ceux qui commentent à répétition sont minoritaires. Beaucoup plus de visiteurs ne feront que voir l’information sans la commenter.

Afin de relever le défi que représente cette règle 1:9:90, tentez de montrer l’exemple en demeurant le plus actif possible à long terme. Dans un premier temps, la majeure partie des organisations font la promotion de leurs initiatives sur les médias sociaux en exhortant leurs employés à apporter leur contribution. Toutefois, la participation interne sur les médias sociaux chute généralement une fois que la nouveauté perd son attrait. Ainsi, une fois que les comptes sont ouverts, il importe de maintenir cette participation initiale afin de susciter l’intérêt du public et d’encourager les observateurs à revenir et à commenter. Il n’est peut-être pas réaliste de s’attendre à un taux de participation élevé, mais le fait de publier sans relâche du contenu qui retient l’attention des observateurs s’avère néanmoins un objectif important.

L’identification préalable d’un groupe d’utilisateurs qui s’engagent à contribuer au nouveau contenu constitue une autre stratégie. Il peut s’agir de clients ou de bénévoles de la communauté, ou encore de personnes issues d’autres établissements patrimoniaux sur Internet. Les établissements peuvent utiliser les médias sociaux pour communiquer et collaborer avec d’autres organisations qui partagent les mêmes valeurs. Cette approche peut se révéler avantageuse : elle peut servir à créer et à bonifier du contenu au moyen de commentaires et à élargir le public qui verra l’information.

Un public passif demeure un public

Les médias sociaux constituent un excellent moyen de faire passer les messages, et ce, même si la communication est unidirectionnelle. Plutôt que de considérer le manque de participation comme un indicateur selon lequel une stratégie n’est pas efficace, les organisations peuvent le voir comme une façon de communiquer leur message à un public élargi qui verra le contenu. Il existe bien sûr des façons d’accroître la participation (comme nous l’avons déjà mentionné dans notre section Nouvelles), mais on peut néanmoins utiliser les médias sociaux comme outil de promotion unidirectionnel. Il est possible de transmettre un message à votre public cible sans constamment entretenir un dialogue. Du moment que le message est reçu par l’utilisateur, les établissements ne devraient pas s’inquiéter outre mesure au sujet du manque d’enthousiasme vis-à-vis le contenu qu’ils publient.

>> English Version

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Défi-réponse

Date de modification: